Le cargo Grande Amérique a chaviré et a coulé le 12 mars vers 15 h 20, à quelque 180 milles marins à l’ouest de la côte française.

Quelques heures plus tôt, le violent incendie à bord du navire italien Grande America était toujours en cours. Le bateau avait une inclinaison sur le côté droit qui s’aggrave avec le temps, comme l’a signalé la Préfecture maritime française de l’Atlantique dans son dernier communiqué de presse.

Les opérations de lutte contre l’incendie menées par le remorqueur d’intervention et de sauvetage “Abeille Bourbon” ont été suspendues: tout d’abord parce qu’elles auraient pu accentuer ce phénomène de basculement et ensuite parce que l’arrosage effectué sur le pont ne permettait pas actuellement de maîtriser l’incendie situé à l’intérieur Le bateau.

Le navire italien a continué à dériver faiblement vers l’est et se trouve actuellement à environ 200 milles marins (350 km) des côtes françaises.

Une dizaine de conteneurs sont tombés dans l’eau près du navire. Un survol de la zone par un avion de surveillance maritime Falcon 50 avait été programmé dans la journée pour leur relocalisation.

La frégate multi-missions (FREMM) Aquitaine est arrivée hier dans la zone des opérations en fin d’après-midi. L’équipe d’évaluation et d’intervention a pu dresser un panorama de la «Grande Amérique», permettant ainsi aux experts du CTC (Centre de gestion des crises) de la préfecture maritime de Brest de disposer d’éléments supplémentaires pour évaluer la situation du navire .

Le groupe Grimaldi, tenant compte de ses obligations en tant que propriétaire du navire, a chargé la société Ardent , secteur de la récupération, qui a affrété deux remorqueurs afin d’atteindre le navire en difficulté: l’Union Lynx, de Vigo (Espagne), prévue pour Le soir, le Tera Sea Hawk, de Rotterdam, devrait arriver demain soir dans la zone des opérations.