Jan-Michael Vincent, qui est devenu reconnaissable à l’échelle nationale dans la série télévisée des années 1980 «Airwolf», mais dont la carrière a été vaincue en partie à cause de problèmes de drogue et d’alcool, est décédé le 10 février dans un hôpital situé près de son domicile à Asheville, en Caroline du Nord. était 73.

La cause était un arrêt cardiaque, selon un certificat de décès publié par le registre des actes du comté de Buncombe. Sa mort n’a été largement rapportée que vendredi.

M. Vincent, qui avait les yeux bleu électrique et le physique d’un surfeur tendu, a commencé à jouer à la fin des années 1960, apparaissant dans des émissions télévisées telles que «Bonanza», «Lassie» et «Gunsmoke». Il a ensuite eu des rôles principaux dans des films comme « The World’s Greatest Athlete »(1973) et« Buster et Billie »(1974).

Il a eu une tournure particulièrement nuancée dans «White Line Fever» (1975), un film d’action dans lequel il joue le rôle d’un chauffeur de camion qui lutte contre la corruption.

“La rareté dans ce genre de film d’action réside dans le jeu discret et sensible des deux directeurs, Jan-Michael Vincent en tant que conducteur rebelle et Kay Lenz en tant que son épouse”, a écrit Richard Eder dans un article paru dans le New York Times. “Ils gèrent la tendresse, les querelles et la lassitude car ces choses sont vraiment gérées.”

La partie la plus reconnaissable de M. Vincent était le pilote Stringfellow Hawke dans «Airwolf», une émission de CBS construite autour d’un hélicoptère de combat avant-gardiste qui a fait ses débuts en 1984. Il a été produit par Donald P. Bellisario, célèbre , PI », et a présenté Ernest Borgnine en tant qu’aviateur et mécanicien de bord chevronné qui était le père de substitution de Hawke.

“Airwolf” coûtait cher à produire et beaucoup de critiques l’ont reçu froidement, mais il a trouvé un public et est resté sur CBS pendant trois saisons. Des reportages plus récents ont révélé que M. Vincent était l’un des acteurs les mieux payés du moment, gagnant environ 200 000 dollars par épisode.

Le scandale a poursuivi M. Vincent dans les années 1980. Il était connu pour abuser d’alcool et de cocaïne et était accusé d’avoir participé à des bagarres dans des bars. En 1986, il évita de peu la prison en s’inscrivant dans un programme de réhabilitation pour toxicomanes d’un mois après avoir rompu une période de probation liée à une condamnation antérieure pour conduite en état d’ébriété. CBS a annulé «Airwolf» cette année-là.

La carrière de M. Vincent a décliné par la suite, même s’il a continué à apparaître dans des téléfilms tels que «Alienator» (1990) et «Deadly Heroes» (1993). Sa toxicomanie a empiré et il s’est cassé le cou en 1996 après avoir arrêté la voiture de sa petite amie, endommageant de façon permanente ses cordes vocales.

En 2000, M. Vincent a confié à Bill Ritter, de l’émission «20/20» d’ABC News, qu’il était sobre depuis un certain temps, mais qu’il en restait de la lutte.

«Je m’accroche à mes jointures blanches», a déclaré M. Vincent.

M. Vincent a également été impliqué dans un autre accident en 2008 et, en 2012, une infection a amené les médecins à amputer une partie de sa jambe droite. À sa mort, il n’avait plus la réputation d’agir dans un film ou une émission de télévision depuis le début des années 2000.

M. Vincent est né le 15 juillet 1945 à Denver à Lloyd et Doris (Pace) Vincent. Il a grandi à Hanford, en Californie, a fréquenté le Ventura College et est devenu un surfeur passionné avant le début de sa carrière d’acteur.

M. Vincent est apparu dans des films avec certaines des plus grandes stars des années 60 et 70. Il a soutenu Rock Hudson et John Wayne dans l’ouest de «The Undefeated» (1969); il participa avec enthousiasme à une course de chevaux de longue distance aux côtés de Candice Bergen et Gene Hackman dans un autre western, «Bite the Bullet» (1975); et était un cascadeur en plein essor dans “Hooper” (1978), avec Burt Reynolds et Sally Field.

Il a tiré parti de ses talents de surfeur dans « Big Wednesday » (1978), réalisé par John Milius, interprété également par Gary Busey et William Katt et qui est depuis devenu un des favoris des surfeurs . Il a joué le fils de Robert Mitchum dans « The Winds of War », la populaire mini-série ABC basée sur le roman de Herman Wouk.

Les survivants comprennent son épouse, Patricia Vincent.