Alors qu’ils sont bloqués dans leur véhicule, dans les bouchons sur l’autoroute, des CRS se font caillasser par des manifestants, pour certains vêtus de gilets jaunes et au visage masqué. Jets de projectiles, coups donnés dans le véhicule : la scène est violente.

« On est pris à partie par des manifestants » explique à la radio l’un des policiers, mettant la sirène en route afin de tenter de s’extirper de l’embouteillage.

Certains manifestants n’hésitent pas à se placer directement devant le véhicule pour tenter de lui barrer la route.

La conductrice sanglote, visiblement terorisée. « J’ai eu trop peur », peut-on l’entendre dire à la fin de la vidéo, alors que son collègue tente de la rassurer.

La vidéo s’achève lorsque la voiture de police croise un groupe de CRS, à pied, en sens inverse.

Réactions

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a dénoncé une « violence insupportable » via un tweet posté samedi soir. « Demain ils seront dans leur commissariat pour enregistrer la plainte d’une femme agressée ou sur le terrain pour porter secours à un commerçant braqué, écrit-il. Leur quotidien : nous protéger. Notre devoir : ne rien laisser passer. STOP ! »

« Indéfectible soutien à nos policiers lâchement agressés, alors qu’ils étaient engagés pour nous protéger. Je les assure de toute ma confiance et de ma solidarité. Nous sommes à leurs côtés. » a pour sa part twitté Laurent Nunez, secrétaire d’état auprès du ministre de l’Intérieur.

Le préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes a également réagi sur Twitter pour condamner l’attaque « avec la plus grande fermeté ».

La police nationale du Rhône a rappelé que les policiers n’étaient « pas des cibles », souhaitant un bon rétablissement aux collègues pris à partie.